Archive for janvier, 2017

Bye bye, Maverick

S’il y a bien eu un héros qui m’ait marqué au cinéma durant mon enfance, c’est bien le personnage de Maverick dans Top Gun. Comme pas mal de mômes, j’ai voulu devenir pilote de chasse après avoir vu le film. Bien sûr, ce fantasme a disparu à l’âge adulte (comme la plupart des gens, je fais un travail plus paisible). Cependant, je me surprends encore parfois à rêver à ces projets d’avenir lointains. A tel point que pour finir, j’ai voulu vivre ce rêve l’espace d’un moment. Et pour cela, j’ai pratiqué un vol en avion de chasse à Pontoise. Je pense pouvoir affirmer que je n’oublierai pas ce moment de sitôt. J’ai adoré chaque seconde de ce vol extraordinaire. Cela dit, j’ai tout de même réalisé qu’en définitive, je ne regrette pas de ne pas être devenu pilote. Pour sûr, j’ai adoré voler à grande vitesse et goûter aux joies de la voltige, mais j’ai aussi compris que je n’aurais pas pu faire ce job. C’est d’ailleurs incroyable, maintenant que j’y pense : les métiers qui plaisent le plus aux enfants sont de fait des métiers de vocation. Infirmière ou soldat, ces jobs s’adressent à une catégorie assez exclusive de personnes, par ce qu’ils exigent de ceux qui les exercent. Ce sont, pour être parfaitement clairs, des jobs de héros. Ceux qui les font n’en ont pas toujours l’air, mais il faut tout de même se souvenir qu’ils font un boulot que beaucoup de gens seraient tout à fait inaptes à faire ! Pour ma part, je me suis toujours demandé qui peut être assez fou pour vouloir toute la semaine s’occuper de gens malades, ou pour vouloir risquer sa vie en protégeant son pays. Le métier de pilote est plus plaisant, mais il est en vérité tout aussi pénible : lui aussi engager la vie du pilote au quotidien ; travailler à bord d’un avion de chasse n’est pas tout à fait la même chose que de travailler dans un bureau ; les risques d’accident tragique y sont un peu plus grands. Il n’y a donc aucun regret à avoir à ne pas être devenu pilote. Et puis, il faut dire ce qui est : au bureau, on peut traîner sur le web ; je vous défie de poster un message sur Facebook lorsque vous êtes là-haut à Mach 3 ! Soit dit en passant, je suis vraiment heureux d’avoir vécu un tel moment. Voilà d’ailleurs le site par lequel je suis passé pour ce vol en L-39. C’est le genre d’expérience qui vous change à jamais ! https://www.tematis.com/vol-avion-chasse-l39-paris-pontoise.html

aviondechasse.jpg

Published in:Uncategorized |on janvier 10th, 2017 |Comments Off

Un vaccin contre le rhume

Ca y est, l’automne est là et signe le retour du rhume, même si ce n’est pas le froid le véritable responsable. Certes, cette maladie est bénigne et ne nécessite pas de traitement particulier (ils sont parfois même contre-productifs). Pour autant, chez les enfants et personnes fragiles, il peut entraîner des complications. Et, dans tous les cas, avoir un rhume n’est jamais agréable. Mais ces désagréments pourraient bientôt disparaître, car des chercheurs viennent de mettre au point avec succès un vaccin contre le rhume, qui a été testé chez des souris et des macaques, rapporte l’université américaine Emory. S’il est si compliqué de prévenir cette maladie, c’est parce que les virus qui en sont à l’origine (et qui nous viendraient des chameaux), appelés rhinovirus, sont très diversifiés. Dans un article publié dans Nature le 22 septembre, les chercheurs expliquent qu’il en existerait entre 150 et 170, divisés en 3 groupes principaux. Du coup, même si des scientifiques ont déjà réussi à créer un vaccin efficace contre l’un de ces rhinovirus dès les années 60, il semblait difficile de créer 150 vaccins différents. La technique des chercheurs est, sur le papier, assez simple: ils ont fabriqué un vaccin composé de 50 virus différents, les plus courants. Pour autant, précise Martin Moore, auteur de l’étude, il y a dans le vaccin le même nombre de protéines que si un seul virus était utilisé, elles sont juste plus variées, mais restent inoffensives. Un vaccin comportant des échantillons de 25 virus a été testé sur des souris. Celui sur les macaques en comporte 50. Dans les deux cas, le traitement a activé la réponse immunitaire appropriée. Pour autant, il n’est pas sûr que ce vaccin fonctionnera sur l’homme. “La prochaine étape consisterait à le tester sur des humains avec des volontaires, ce qui est faisable car ce virus n’est pas très pathogène”, précise Martin Moore. Surtout, avec les technologies actuelles, il est tout à fait possible de le produire en quantité industrielle, selon les auteurs. L’université d’Emory a d’ailleurs déjà passé un partenariat avec une start-up spécialisée dans la vaccination. Reste à savoir si le public voudra se faire vacciner contre une maladie bénigne, alors que, même sur des maladies graves où la vaccination est une question de santé publique et où le rapport bénéfice-risque est difficilement contestable, les anti-vaccins gagnent du terrain ces dernières années.

Published in:Uncategorized |on janvier 5th, 2017 |Comments Off

Populariser l’intelligence artificielle

Cinq grandes entreprises du web (Amazon, Google, Facebook, IBM et Microsoft) viennent de s’allier autour d’un projet commun: tenter de maîtriser le développement de l’intelligence artificielle et essayer d’en tirer le plus de bénéfices pour les citoyens et la société. L’union fait la force. Bien que concurrents, cinq géants du Web viennent de s’entendre pour mettre en commun leur recherche et surtout leur réflexion au sujet de l’intelligence artificielle. Baptisé “Partnership on AI” (partenariat sur l’intelligence artificielle), le projet se compose d’un site Internet dédié lancé mercredi. On y trouve des déclarations d’intention et des objectifs de la part d’Amazon, de Google, de Facebook, d’IBM et de Microsoft. Ainsi, dans le cahier des charges de l’initiative on peut y lire que le partenariat veut “faire avancer la connaissance du public sur les bénéfices potentiels mais aussi les coûts de l’intelligence artificielle”. Par ailleurs, “Partnership on AI” souhaite “supporter la recherche et recommander les bonnes pratiques en matière d’éthique, de justice, de transparence et de respect de la vie privée”. Pour cela, les cinq géants ont monté un bureau avec de hauts cadres de chaque entreprise comme Yann LeCun pour Facebook ou Eric Horvitz pour Microsoft. Seul manque Apple dans cette démarche mais l’entreprise de Cupertino discuterait avec ses autres petits camarades américains. Ce partenariat fait suite à une série d’initiatives de ce genre lancée ces derniers mois rappelle Le Figaro. “En décembre, Elon Musk avait lancé OpenAI, un centre de recherche chargé de réorienter le développement de ces nouvelles technologies “dans une direction plus à même de bénéficier à l’humanité”, expliquait l’emblématique patron sud-africain. Jusqu’où ira la collaboration entre toutes ces grandes entreprises? Nul ne sait. Toujours est-il que le patron de Tesla, bien que très intéressé par l’intelligence artificielle, n’a pas prévu de participer à l’initiative de ses homologues du web…

Published in:Uncategorized |on janvier 5th, 2017 |Comments Off


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 16 articles | blog Gratuit | Abus?